Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 12:01

Bonjour à tous, les modifs étant terminées il fallait que je teste le tout. Après une sérieuse mise en station (1 sec d'erreur sud/ouest, je pose une minute à 2 m de focale sans guidage). Pour ce qui est du guidage: il fonctionne parfaitement bien, voir exemple ci-contre :oD

Donc à 3 heures 20 je lance des poses sur une cible relativement simple : M27. Sachant que le jour n'allait pas trop tarder, je lance des poses de 5 minutes à 1600 iso l'eos au foyer du SC... A 4 heures du mat, le ciel était déjà bleu sur les brutes, seules 7 poses seront donc prise en compte, soit 35 minutes de pose seulement...

Traitement habituel sous iris, pix insight pour virer les gradients et toshop pour les niveaux. J'ai un peu poussé le rouge sur l'image vu que mon canon n'est pas défiltré, donc sur l'image bruitée cela se voit ! Enfin pour un test, je suis satisfait, et cela présage de la suite ;o)

Pour les paramètres de prise de vue :
Pour l'image: EOS350D non défiltré au cul du Meade 8" sur monture EQ6 asservie EQMod, MAP DSLR focus, lunette skywatcher 102/660 sur anneaux losmandy/support ADM et webcam 1/2 couleur

Poses unitaire de 5 minutes (j'aurais du faire plus :oD) à 1600 iso
Traitement iris flat/darks/offsets, petite histoire des darks, comme j'ai laissé tourné la monture ce matin la température était de 17° et les conditions de prise +/- 9°, j'ai mis l'APN dans le frigo pour les faire... :oD



Voili, voilou
Published by Nicolas - dans Nébuleuses
commenter cet article
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 12:36

Il y à longtemps, j'avais souvé quelques images d'échelles que j'adorais... Celles-ci représentent les différentes tailles, d'abord nous dans le système solaire, ensuite dans l'univers... Il faudrait un jour que nous arrêtions de nous regader le nombril, nous ne sommes rien à ces tailles, et malgré que je ne veux pas de politique sur mon blog, je me permet ce petit commentaire: BHV ne représente même pas un pixel sur la carte de l'europe, même la belgique n'est qu'un pixel sur la carte du monde....

Published by Nicolas
commenter cet article
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 12:07

Après avoir fait réaliser la nouvelle semelle de fixation pour la monture il à fallut réaliser l'ancrage pour sceller le tout dans le béton, donc 8 tiges filettées qui vont descendre de 30 cm dans le béton, sur lesquelles j'ai soudé deux croisillons. J'ai ensuite agrandit le trou de passage de colonne dans la boite technique.

Les anciens filets de fixations servent à sceller la colonne sur l'ancienne. Pour la réalisation du coffrage, je suis parti d'un coffrage perdu de chez Plakabeton la aussi, professionalisme et acceuil étaient au rendez-vous, question prix ? 8 euro pour le coffrage de 20cm de diamètre par 80 de haut, et livraison en 3 jours: génial non ? Ici le principe est une colonne en pseudo carton avec un film plastique intérieur auquel le beton n'adhère pas. Une fois la prise réalisée, il suffit de tirer sur un cable qui découpe le carton et le tout s'enlève très simplement (plus que 5 heures à attendre :oD).

J'ai donc coulé le beton (chargé en kompactuna) avec des gravilons, vibré, stop à 6 cm du bord (laisser la place pour la vis de fixation de la monture, et enfoncé la semelle et son ancrange, un dernier coup de vibration (ponceuse sur plaque de bois) et attendre la prise....

Voilà la nouvelle colonne et son coffrage:

Published by Nicolas - dans Observatoire
commenter cet article
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 15:10

Le principe de départ était toujours le même: réaliser une semelle dans un matériaux dur qui est une copie du modèle original sur trépied. Par contre, histoire d'augmenter la rigidité de l'ensemble, au lieu de 3 points d'appuis comme actuellement, je suis passé à 8 ! Ce sera plus difficile à régler en planéité mais extrêment plus solidaire de la colonne. Un suélèvement par rapport à la colonne est nécessaire par le fait que la vis de serrage de la monture se fait par le dessous de la semelle :oS 

Après moultes mersures de la semelle originale, je décide d'ajouter deux filets supplémentaires pour la fixation du têton Az, en effet avec la fixation précédente, elle était un poil trop au sud après séchage du béton, j'avais donc du reforer à côté avec la perte de solidité de cela à amené. Une fois le concept terminé, j'ai donné les plans brouillons à ma copine Vale qui à dessiné la piece sous autocad.

J'ai pris contact avec la société André Decker et Fils, où l'accueil sympa et le profesionnalisme etaient au rendez-vous. Après quelques minutes de discussion, et suivant leur conseil: je me décide à commander la pièce en acier qui est bien plus rigide que l'alu, et je ne prends pas de risque avec les 3 filets de réglage Az. Une semaine plus tard, malgré un planning très chargé, ma pièce était parfaitement réalisée et pour un prix plus que correct.

 Voilà le monstre de 3 cm d'épaisseur et 20 cm de large... Reste à souder les tiges de fixation avant noyage dans le béton. Pour la colonne, j'ai acheté un coffrage perdu chez Plakabeton (il sont présent partout en europe), là encore professionalisme et sympathie étaient présent. La colonne et l'ancrage seront décrit dans un prochaine article.

Published by Nicolas - dans Observatoire
commenter cet article
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 20:41

Salut à tous, dans un article précédent, j'avait décrit l'élaboration d'une fixation pour l'EQ6 dans l'observatoire à partir de bois, mon copain Benoit s'était fendu en me signalent que cela ne fonctionnerait jamais : je l'ai totalement ignoré, suite à ma première tentative, mais voilà : moins d'un an plus tard: il avait raison...

En effet, suite aux variations de tempéature, d'humidité, etc... il faut avouer que la fixation s'est dégradée, depuis le début en tous les cas le tout n'était pas vraiment un modèle de rigidité... Alors que l'autoguidage fonctionnait impeccablement bien, les shoots ont commencés à avoir des clichés ratés, des empâtements d'étoiles et tout le toutim...

Dans la foulée, il s'est aussi avéré que la colonne était un rien trop bas (+/- 80cm) du fond de ma cuvette, aussi il faut savoir que quand j'ai calculé le tout, je n'utilisais que le synscan qui ne possédait pas de fonction park personnalisée et que l'observatoire était prévu pour le newton 254: il me fallait donc de la place pour fermer le toit quand le scope était en parké. Au final, le 254 est trop lourd pour la photo (max 7kg sur une EQ6 : merci Seb), donc je shoote au C8 ;o)

Il ne me fallait plus qu'un pas pour décider de re-concevoir l'ensemble... Voici donc la pièce maitresse : la nouvelle fixation de la monture, en acier...

Le plan : ICI, la suite au prochain numéro :oD

Merci à ma copine Vale qui à souffert une semaine pour dessiner sous autocad mon proto... J'ai changé 6 fois d'avis, j'ai fait changer les quotations, les dimensions, les fraisages: j'ai toujours eu mes modifs avec le plus grand des sourires ;o) Vale: je ne râlerai plus quand tu oublies de faire un message à ma femme: gros bisous ;o)

Published by Nicolas - dans Observatoire
commenter cet article
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 22:00

Chers amis lecteurs bonjour! Cet article sous le couvert d'un titre ecrit "à la djeuns" m'à été inspiré par une question récurrente chez toutes les personnes qui ne connaissent pas notre monde d'astrophotraphe amateur et passionés, à savoir : "mais comment réalise t'on une image astronomique ?". Donc connaisseurs vous allez peut-être vous ennuyer, et pour les autre je relève un coin du voile (accrochez-vous, il va y avoir du bla-bla). Je ne m'aventurerai certainement pas dans toutes les démarches technique et n'enfouirai pas l'article dans un monceau de termes technique et allégoriques...

1. Introduction :
Tout d'abord, quelques informations de base: les techniques de prises de vue en ciel profond (galaxies, nébuleuses, etc...) et en planétaires ne sont pas les mêmes. Je reviendrai sur le principe en détail, mais pour commencer, il faut savoir que le temps de pose est important dans les deux cas, en planétaire il est limité dans le temps en opposition avec le ciel profond qui lui doit-être le plus étalé possible. Au final, les poses successives seront "nettoyées" et moyennées afin d'en diminuer le bruit, augmenter la luminosité et de permettre un traitement informatique et cosmétique.

Pour ce qui est du matériel, afin de compenser le mouvement terrestre et stellaire, il faut un dispositif qui va soutenir le chemin optique et qui sera capable de se mouvoir d'abord vers l'objet désiré (encore que certains font encore ce pointage manuellement) et ensuite de suivre son mouvement propre, dès à présent il faut savoir que si le mouvement apparent semble être le même pour tout objet vu dans le ciel, leurs mouvement propres sont différents. Ainsi lune, soleil, planètes et champ stellaire se déplacent à différentes vitesses. Pour les planètes, on peu considérer qu'elle est relativement proche, et vu le temps de prise de vue contigu en planétaire, on peu n'y faire que peu attention. En revanche lune et soleil se déplacent beaucoup plus rapidement.

2. La monture
Pour ce qui est de la monture, il faut savoir qu'un réglage minimum de base est ce que l'on appelle la mise en station, c'est à dire faire coïncider la monture avec le pole céleste. Si cette mise en station n'est pas correcte, ceci va entrainer des dérives importantes sur les objets du ciel profond, provoquer une rotation de champ, et limiter le temp de pose unitaire (nous reviendrons sur ce temps de pose), cette dérive peut rendre voire pas du tout exploitable les images (en fonction de l'erreur), en rendant les étoiles oblongues en déplacement constant sur les différents clichés. Cette dérive est moins importante en planétaire étant donné que les différents clichés vont se réaliser sur de très court laps de temps.

Il existe deux types de montures : les monture allemandes équatoriales, et les monture Altitude/Azimutales (Alt/Az). Le principe d'une monture Alt/Az est une monture à fourche la plupart du temps, et travaille en escalier. Pour éviter les rotations de champs, il existe des dérotateurs (sic) qui vont faire tourner le dispositif de prise de vue en même temps que le déplacement de la fourche, il faut savoir qu'il est possible de monter une fourche en équatorial. Je ne m'étendrai que peu sur ce type de monture.

Une monture équatoriale est un dispositif comportant un axe de rotation parallèle à l'axe de rotation terrestre. Elle permet de suivre facilement un astre lors de son parcours dans la voûte céleste. La monture supporte généralement un instrument d'observation astronomique, tel que un télescope ou une lunette. (définition wikipedia)

3. L'autoguidage
Une monture, suivant sa qualité, va souffrir de différents jeux mécaniques et va provoquer différents problèmes : erreur périodique, erreur de vitesse de suivi, etc... Pour cela, pour de longues poses en ciel profond, la plupart d'entre nous ont recours à un dispositif appelé : autoguidage. Le principe de l'autoguidage est d'avoir en parralèlle du dispositif de prise de vue principal, un second dispositif qui va "garder à l'oeil" une étoile et surveiller un déplacement erroné de celle-ci (au demi pixel près). Une fois ce déplacement observé par un programme informatique, celui-ci au travers d'une interface physique va envoyer les commandes nécessaires au rattrapage de l'erreur directement à la monture. Ce qui à pour effet de pouvoir augmenter les temps de poses unitaires, et donc tout les petits photons continueront à arriver extactement au même endroit sur le capteur sans déformation de l'objet tant convoité.

4. Les dispositifs de prise de vues
Les astronomes amateurs regorgent d'idées géniales (là je parle des copains :oS), afin de rendre accessible à nos petites bourses la capture des objets célestes. Dans la ribambelle des possibilités, il y à les simples webcam de nos PC, qui une fois déconnectée de MSN (et qui arrêterons d'envoyer nos bêtes sourire au travers du monde) peuvent réaliser de l'excellent travail. Pour cela, il suffit de démonter l'objectif d'origine, son filtre infra-rouge (là plus de retour possible sur MSN sans avoir non seulement toujours le même bête sourire mais en plus des couleurs psychédéliques) et de placer un adaptateur qui lui permettra de tenir en place sur le télescope. La webcam dans cet état devient tout à fait capable de capturer des planètes, la lune, et des objets très brillants du ciel profond. Elle devient aussi un objet indispensable pour l'autoguidage.

Des petits génies de l'électronique et de l'informatique (un des premier fut Etienne Bonduelle) trouvent le moyen de modifier nos webcam et de les rendre capable de poser bien plus que le 25° de seconde et peut même aller jusque 80 à 90 secondes, certains remplacent les capteur ridiculement petit d'origine et vont même leur coller des refroidisseurs pelletier, c'est le cas de ma caméra de guidage (merci Seb ;o) ). Dès lors une mutlitude d'objets du ciel profond deviennet acessibles à nos petite webcams.

Un peu plus cher, mais avec plus de sensibilité optique : les appareils photos numériques (APN). Au vu de la taille impressionante de leur capteurs, les champs stelleraires s'agrandissent, et tout une série d'objets deviennent bien plus accessible vu que les temps de poses dépassent allègrement les deux minutes, le codage de l'image étant supérieur aux webcams (notion électronique et informatique) rends les images brutes moin vite brûlées. Dans le cas d'un APN, les images brutes sont de type "One shot", en effet, les capteurs sont couleurs et donc inutile de capturer par passes succèssives aux travers de différents filtre (voir articles suivants concernant la capture)

Et pour terminer, avec le TOP du TOP: les caméras CCD, avec des capteurs plus ou moins grands, noirs et blancs, ils sont nettement plus sensible du fait de la conception même de l'appareil (pas de matrice couleur qui va diminuer la luminosité générale par couche de couleur). Ces caméras sont vraiment taillées pour l'imagerie du ciel profond, avec refroidissement, micro lentilles, matrice de guidage intégrée pour certaines, etc... Il devient dès lors avec l'ajout successif de filtres couleurs et/ou interférentiels, de capturer des objets célestes dans des longueurs d'ondes invisibles mais bien plus révélatrices de détails en fonction de la nature de la cible.

Voici qui clôture le premier article sur le matériel proprement dit. Et félicitations à ceux qui sont arrivés jusqu'ici! Si l'un d'entre-vous y voit: défaut, erreur et/ou manquement qu'il n'hésite pas à me le faire savoir (la zone commentaire y est réservée). Un petit rappel aussi, si vous voulez être tenu au courant de la plublication d'un nouvel article: inscrivez-vous à la "news letter" ici à droite... Over-blog envoie automatiquement un mail lorsque je poste du nouveau, mais pas lors de la mise à jour, alors : à vous de fouiller! Bonne lecture.

Published by Nicolas - dans Divers
commenter cet article
11 mai 2008 7 11 /05 /mai /2008 11:32

Salut à tous,
Tout possesseur de télescope SC connait le problème de la buée ou du givre sur la lame de schmidt, ce qui est très ennuyant et necessite l'utilisation du sèche-cheveux toutes les x minutes, outre le bruit déchirant la nuit de celui-ci, il faut rester près du scope et attendre que les turbulence occasionnées disparaissent. Si l'on siprends trop tard, l'humidité empâte les étoiles, fait disparaître l'étoile guide de la lunette de guidage, et fini par rendre les brutes inutilisables... Bref la nuit de capture tant attendue ne sert à rien!

Ce phénomène est du à l'humidité dans l'air, lorsque celui-ci se refroidit, il ne peut plus la contenir, et donc cette eau se dépose sur tout ce qu'elle peut. Ce moment est appeé point de rosée, de plus si la température continue à descendre (en hiver) et qu'il commence à geler: cette himidité va grivrer et rendre la lame opaque.

L'achat d'un tel dispositif est relativement onéreux (voire surfait). En fouillant le web j'ai trouvé l'excellent site de Guillaume Dubos. Ne connaissant rien en électronique, j'avais un peu de mal à imaginer la résistance chauffante. Comme les explication de Guillaume sont extra et bien décrite, je suis parti sur l'idée de 10 résistances de 150 ohm et de 1 watt (équivalent à 15ohm 10watt, donc très proche des 13 ohm 10 watt demandés). J'ai envoyé un mail à  Guillaume qui m' à très sympatiquement répondu et confirmé mon idée.

Voici son schéma (cliquez pour accéder au site de Guillaume):

  J'ai donc décidé de frabriquer deux fois la chose, histoire de pouvoir profiter de deux niveaux de réglages différents pour ma lunette guide et/ou l'APN en parralèle sur le C8 et un pour le c8. Voici une petite photo du montage avant mise en boite :oD. Durant toute la nuit (à tritre de test), j'ai laissé le dispositif allumé sur ma table de jardin (oui celle sur la photo): le lendemain, la table trempée de rosée sauf à la résistance et un tour de 1 cm sur les bords de celle-ci : test concluant!.

Voilà voilà, à vos fers à souder, et merci à Guillaume.

Published by Nicolas - dans Observatoire
commenter cet article
1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 21:26

undefinedJeudi soir, le ciel m'à gratifié d'une superbe flambée. Image prise au canon 350D, 100iso au 1/350eme. Je vous laisse apprécier.

Pour info, vous pouvez toujours cliquer sur mes images, elles comportent en général un lien vers une version de plus grande taille ;o)

Published by Nicolas - dans Nature
commenter cet article
24 février 2008 7 24 /02 /février /2008 12:38

undefinedLundi soir en rentrant du boulot, le ciel avait une couleur rouge orangée magnifique, évidemment, comme je n'avais pas l'appareil photo dans la voiture, le temps d'arriver à la maison, tout était fini. 

Donc mardi, je rentre plus tôt, je prends le pied, l'appareil et mon fils :oD, nous partons à l'endroit que j'avais repéré la veille. Il est clair que les conditions n'étaient plus les mêmes que la veille. Un très faible halo orange fini par apparaître, quelques shoots plus tard, j'essaye de sensibiliser mon fiston sur la façon de regarder les choses: ne pas seulement les voir, les regarder...


Soudain, il me dit papa, on va faire une photo de la ferme là-bas, une fois quelques clichés tirés, je décide de partir avec la voiture voir un chateau que j'avais déjà repéré plus tôt, avec la lune haute dans le ciel, je pensait pouvoir réaliser une belle image. 


Sur la route, un lac magnifique un décors sombre avec un point de lumière, de commun accord nous nous arrêtons et quelques clichés de celui-ci. J'adore Magritte, alos avec l'aide de photoshop, voici ma version de l'image.

Published by Nicolas - dans Divers
commenter cet article
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 13:37

Depuis lontemps, j'essaye de réaliser une photo de mouvement d'eau, en général, les gouttes sont figées et je trouve que l'action de chute disparait. Ayant été à Disney début janvier pendant lequel nous avons eu un temps magnifique, je vois cette cascade. Je n'ai pas le pied photo donc prise à main levée. Image prise à 100iso pose au 1/640eme. Retouche des niveau et balance des blancs sous photoshop.

undefined

Published by Nicolas - dans Divers
commenter cet article